Discographie

Duo MATTA ROUCH

Robert MATTA : aboès (hautbois du Couserans), clari, graïle (hautbois des monts de Lacaune), boha, bohassa, bohassa polyphonique (cornemuse à triple perce), samponha (cornemuse polyphonique du Béarn).
Pierre ROUCH : clari (hautbois de Bigorre), boha, bohassa (grande boha), bodega (cornemuse de la montagne noire), sac de gemecs (cornemuse catalane), gaita de boto (cornemuse aragonaise).

Réédition des deux premiers albums (voir plus bas)

Regroupés dans ce digisleeve trois volets, vous retrouverez l’album “Hautbois et cornemuses” (2009, épuisé) ainsi que l’album “Pireneus” (2013, presque épuisé).
Trois bonus tracks vous sont offerts dans cette réédition. Les enregistrements d’origine ont été remasterisés pour l’occasion.

 

 

Télécharger (PDF, 10.12MB)


Télécharger (PDF, 9.1MB)


 

 

Album “Pireneus” (2013)

Album sur les instruments & les langues pyrénéens. Inclus un livret de 44 pages avec photos des instruments. Design : Alem Alquier.

 

 

 

 

Album “Hautbois et Cornemuses” (2009)

 

Epuisé

Lorsqu’un musicien enregistre un CD, parallèlement à son désir d’expression personnelle, il doit forcément démontrer ses capacités de musicien. Lorsque, de plus, il est facteur et qu’il joue sur ses propres instruments, il se doit de démontrer également la qualité de ceux-ci, en particulier s’il est professionnel. Et lorsque deux facteurs pros se mettent en duo pour enregistrer, le défi est encore doublé. Et il est parfaitement relevé ici, d’un bout à l’autre, sur ce CD ” entièrement fait à la main ” comme se plait à le souligner Robert Matta, de la facture des instruments à la distribution, en passant naturellement par les arrangements, le jeu, l’enregistrement etc…
Mais, bien entendu, tout cela en qualité professionnelle, avec un accord des instruments irréprochable qui témoigne non seulement d’une facture et de réglages d’anches irréprochables, mais également d’une belle écoute mutuelle des deux souffleurs. Avec également une belle qualité d’enregistrement et de mixage plaçant un peu en arrière le troisième larron : le percussioniste Pierre Blanchu, discret mais efficace sur ses percussions d’origine orientales ou maghrébines mais qui ne dénotent en rien dans l’ambiance sonore entre Gascogne et Languedoc. Le répertoire est essentiellement traditionnel (et deux compositions de Robert et une de Pierre), de ces régions exclusivement, avec, naturellement, des mélodies déjà connues mais qui ne laissent jamais une impression de copier-coller de versions enregistrées antérieurement. Il faut dire que les arrangements du duo sont très bien conçus, sans complexité excessive. Je regrette juste que la belle pochette ne détaille pas davantage les sources des traditionnels interprétés (pas de livret). Bien entendu ce CD de luthier a un petit côté catalogue d’instruments et permet d’entendre divers hautbois (clari, hautbois du Couserans, graïle des Monts de Lacaune), et cornemuses (bohas et leurs variantes récentes, bodega, sac de gemecs, gaita de boto et la samponha (ré ?) inventée par J. Baudouin et dont Robert assure désormais la facture. Malgré ce déballage un peu hétéroclite quoique géographiquement délimité, l’album possède une couleur propre et le duo fait alterner anches simples et doubles sans que l’auditeur ne ressente de brusque changement de timbre. A l’écoute d’un tel enregistrement, on mesure le chemin parcouru en trente ans en matière de facture instrumentale, mais également de précision dans le jeu, et si certains n’apprécient que les accords qui frottent un peu, il est bon d’entendre que ces instruments à anches sont capables de jouer parfaitement juste et en duo sans le moindre frottement, voire sans même un battement. »

Jean-Luc Matte, in Trad Magazine